Orientation scolaire difficile, Quel choix d’orientation

Il ne faut pas confondre passion et métier.. n’est-ce pas ? Je me suis posée beaucoup de questions, et je m’en pose encore.. Dans mes rêves, j’ai le courage d’abandonner ce que je fais pour retrouver ce que je faisais… Mais au réveil, ce n’est pas si simple.

Joli parcours scolaire

Je joue du piano depuis l’âge de 7 ans .  A 3 ans, j’étais déjà en train de pianoter, sur les genoux de mon grand-père . Je vis toute seule, mais jusqu’à l’année dernière, je vivais avec ma grand-mère. Ce sont mes grand-parents qui m’ont fait aimer la musique. Mon grand-père jouait beaucoup de jazz, ma grand-mère était mélomane. J’étais douée. Après la mort de mon cher papi, qui passait ses week-ends à me faire réviser, j’ai continué, malgré une immense tristesse, et l’impression que sans lui, je n’y arriverais plus. J’ai persévéré, et j’ai réussi. J’ai fait quelques concerts, j’ai étudié avec des grands professeurs de master classe. Je voulais être pianiste, les professeurs me disaient que j’irai loin. On m’a même comparée à Matha Arguerich, une grande…

Terminale au moment des choix d’orientation

Mais en Terminale au moment des choix d’orientation eu milieux d’examens pour les étudiants, je me suis posée beaucoup de questions, les bonnes.  J’ai opté pour la sécurité. Petite, je voulais être médecin ou pianiste. La musique, c’est très aléatoire. Il faut des relations, de l’argent.. J’ai quelques relations, et pas d’argent .  Malgré mon don, j’ai choisi la médecine.   J’ai su ( j’ai du.. ) faire fi de ma passion .

Je me plais bien en médecine. C’est difficile, mais je m’accroche. Grâce au piano, j’ai acquis une bonne mémoire, une une bonne capacité de concentration. Ca aide beaucoup en médecine.

Pour ce qui en est du piano, je joue, quand j’ai le temps, je vais au conservatoire, personne n’a encore remarqué que je n’y étais plus inscrite.. j’y vais la fleur au fusil. Tant mieux ! Entre un cours d’anatomie et un autre de physique, je m’évade avec du Chopin, du Haydn..   Je donne quelques cours aussi. Je fais preuve d’une patience étonnante d’ailleurs .

Je me demande quand même si j’ai fait le bon choix, il y a encore quelques semaines j’hésitais à reprendre le piano, quitte à galérer quelques temps…   Enfin, mieux vaut ne plus y penser , en me jetant à corps perdu dans ces longues, difficiles et passionnantes études.

De toute façon, comme je le dis depuis que je suis en âge de faire des phrases cohérentes et réfléchies, ” j’aurai une grande et belle maison, avec beaucoup de pièces, et une salle spéciale pour mettre mon piano à queue Yamaha au milieu, avec des chaises aussi, pour quand je ferai des concerts !”

Finalement, j’aurai eu le même parcours scolaire que mon papi. Je serai médecin(chirurgien)-pianiste .